Fiche de lecture Titre de livre#pierre et jean

Fiche de lecture Titre de livre#pierre et jean


pierre et jean
pierre et jean
imprimer la fiche


· Titre de livre( sous-titres): pierre et jean 

· Auteur: Guy de Maupassant 

· Editeur: BEQ 

· collection: une vie ,bel-ami ,le jour de la parire 

· Date d'edition:1/1 janv1888 ,2/2 fev 1975 

· Nombre de page:151 pages 

· Traduit de quel langue:/ 


L'auteur

Guy de Maupassant est un écrivain français (1850-1893). Il est né le 5 août 1850 au château de Miromesnil en Normandie à Tourville-sur-Arques. Les habitants de cette région inspirent certaines de ses œuvres. Soutenu et conseillé par Flaubert, dont il est le disciple, Maupassant rencontre les principaux écrivains du XIXe siècle, dont Émile Zola. Il écrit des nouvelles, des romans, des récits de voyage, des contes fantastiques, etc. Il meurt à un peu moins de 43 ans des suites d'une crise de nerfs. Le vrai nom de naissance de Maupassant est Henry René Albert Guy de Maupassant. Il existe une tête sculptée de l'écrivain qui se situe à Paris au parc de Monceau. 

Le genre: 

Cette œuvre est une œuvre naturaliste, notamment par les sujets qu’elle traite, à savoir l’hérédité (légitime ou bâtarde), la petite bourgeoisie, et les problèmes liés à l’argent. 

Le cadre 

Les indices spatio temporelles sont très présents dans le roman. Dès les premières pages des indices nous permettent de situer le temps de la fiction. On en trouve dans chaque chapitre. Le roman débute au début du mois d'août. Par exemple au chapitre 2, " la nuit de mardi à mercredi" ou encore dans le chapitre 3, "mercredi", les jours de la semaine sont constamment évoqués pour marquer la présence du temps dans le récit. 


:Les personnages principaux

Jean Roland : Blond et âgé de vingt-cinq ans, il est licencié en droit. Il souhaite installer un cabinet d’avocats dans la région du Havre et épouse Madame Rosémilly. C’est un homme plutôt réservé. 

Louise Roland: Elle a 48 ans. La mort de Léon Maréchal va bouleverser sa vie, jusque-là tranquille. Elle ment depuis des années à son mari sur la paternité de son fils, Jean. 

Gérôme Roland: Il vit maintenant sur ses rentes d’ancien bijoutier parisien. Personnage plutôt fade, il aime la pêche et n’est pas très raffiné. Il ignore la vérité sur son fils. 

Léon Maréchal: Il lègue, à sa mort, toute sa fortune à Jean. C’est un personnage important de l’histoire même s’il est absent. Il a d’abord été client de la bijouterie de la famille Roland. 

Les personnages secondaires de Pierre et Jean: 

Madame Rosémilly: Veuve de 23 ans et vivant sur les rentes d’un capitaine, elle accepte d’épouser Jean. 

Marowsko: Il parle de l’héritage de Jean d’une façon qui sèmera des doutes dans l’esprit de Pierre. C’est un pharmacien qui comptait sur la future clientèle de Pierre en qualité de médecin. Il se sent trahi par Pierre lorsque celui-ci part sur « La Lorraine ». 

Serveuse de la brasserie : Elle aussi éveillera les soupçons de Pierre en soulignant que son frère et lui ne se ressemblent pas beaucoup. 

Capitaine Beausire: Un ami de la famille. 

Joséphine : La bonne de la famille Roland. Très rustique, elle a un tempérament plutôt campagnard. 

Dr Pirette: Médecin sur le transatlantique « La Picardie », il renseigne Pierre sur le fameux métier de médecin à bord d’un bateau. 

Jean Bart: Il garde le bateau familial. Ce roman s’inscrit dans un réalisme qui permet de faire vivre les atmosphères au lecteur : cafés, jetée… 

:Résume bref

Chapitre I
M. et Mme Roland, d’anciens bijoutiers parisiens, se sont retirés au Havre pour jouir pleinement de leurs rentes. Leurs deux fls,
Pierre et Jean, ont tout juste fni leurs études, l’un de médecine, l’autre de droit, et viennent passer des vacances auprès de leurs 
parents.
Par une journée propice à une partie de pêche, la famille se retrouve, en compagnie de Mme Rosémilly, une jeune veuve, à bord de 
leur bateau baptisé la Perle.
Les deux femmes se laissent conduire sur la mer paisible. Pierre et Jean sont à la navigation et déploient leur force sous le regard 
de Mme Rosémilly.
Le soir même, à leur retour, les Roland apprennent qu’un homme, mandaté par leur notaire, s’est présenté à maintes reprises à 
leur domicile.
La nouvelle anime la curiosité de l’assemblée réunie autour d’un dîner. Mme Rosémilly partie, Maître Lecanu vient lui-même 
annoncer à la famille la mort de leur ami Léon Maréchal qui lègue toute sa fortune à Jean.
Chapitre II 
Pierre part se promener seul et ses pas le dirigent vers la mer. Il repense à l’héritage qui a éveillé en lui un sentiment de jalousie.
Il erre ainsi, plongé dans ses pensées, jusqu’à ce qu’il remarque un autre être solitaire dans lequel il reconnaît son frère. Après une 

tentative de discussion vouée à l’échec, Pierre félicite Jean d’être l’héritier de cette fortune subite et s’en retourne, seul.
Pierre se retrouve chez Marowsko, le pharmacien polonais, à qui il confesse la nouvelle surprenante. Marowsko émet quelques
doutes quant à la respectabilité de la famille. 
Chapitre III
Le jour suivant Pierre est décidé à tout mettre en œuvre pour démarrer au mieux sa carrière de médecin. Il passe la matinée
à visiter des appartements dans le but d’en acquérir un pour pouvoir s’installer. Il arrive avec une demi-heure de retard pour le déjeuner, or la famille s’est déjà réunie autour de la table sans l’avoir attendu. Vexé, il assiste à la conversation sur la fortune de
Jean.
Jean et ses parents partent chez le notaire et Pierre repart à la recherche d’un appartement qu’il trouve finalement boulevard
François 1er. Trop cher, il décide de demander un prêt à Jean. Pierre se retrouve dans une brasserie en compagnie de la serveuse
qui semble s’intéresser à son frère. Pierre lui raconte que Jean vient d’hériter d’une fortune et elle soupçonne alors Jean d’être le fls illégitime de Maréchal. Pierre repart avec la volonté d’avertir son frère et de le prévenir de la gravité d’une telle acceptation.
De retour chez ses parents, où Mme Rosémilly et le capitaine Beausire ont été invités pour fêter l’événement, Pierre est irrité par
l’atmosphère festive du dîner. Il fnit par céder à la tentation de l’ivresse et va se coucher. 
Chapitre IV
Pierre s’éveille l’esprit clair et apaisé, la respectabilité de sa mère ne peut être remise en cause. De bonne humeur, il passe une
partie de la journée en mer avec Papagris qui s’occupe de la Perle. Un brouillard les oblige à regagner la terre ferme. Arrivé chez lui
il s’endort jusqu’au dîner.
Il apprend avec stupeur que sa mère a loué l’appartement qu’il désirait pour Jean. Il veut en savoir davantage au sujet de Léon
Maréchal.
Il ressort ensuite et marche sans but précis, songeant, se demandant pourquoi Jean est l’héritier de Maréchal. Après mure réflexion
il est persuadé que Maréchal est le véritable père de Jean et trouve même quelques ressemblances entre les deux hommes. Alors
il ressent une violente colère à l’égard de sa mère et hésite à rentrer chez ses parents. 
Chapitre V
Pierre se réveille après avoir mal dormi. Il observe Jean encore endormi et en conclut, après s’être attardé sur chacun de ses détails,
qu’ils sont tous les deux de pères différents. Dès le lever du jour Pierre demande à sa mère de lui apporter le portrait de Maréchal,
qu’elle avait autrefois, pour en avoir le cœur net. Mme Roland n’est pas en mesure de satisfaire sa demande et reporte à plus tard
la recherche du tableau.
Pierre va passer la journée à Trouville où un sentiment étrange concernant les femmes lui traverse l’esprit ; pour lui elles ne sont
que des êtres pervers qui corrompent l’homme. Il rentre après le déjeuner impatient de savoir si sa mère a fnalement retrouvé
le portrait.
Au dîner, Pierre redemande le portrait à sa mère, dont l’attention est tout entière concentrée sur l’aménagement de l’appartement
de Jean. M. Roland doit à son tour insister pour que Mme Roland accepte fnalement de présenter le cadre. Certain du mensonge
de sa mère, Pierre scrute le portrait de Maréchal afn de trouver des ressemblances qui confrmeraient ses doutes. Mais c’est
davantage l’attitude de sa mère qui s’avère être révélatrice. 
Chapitre VI
Quelques jours plus tard, agacée par la mauvaise humeur de Pierre, Mme Roland, souffrante, fait une crise de nerfs que Pierre tente
d’apaiser aussitôt en lui prescrivant un calmant. Mais les crises se font de plus en plus fréquentes et ont toutes pour cause les sousentendus de Pierre concernant la vie passée de sa mère.
Jean s’installe dans son nouvel appartement et la famille décide de passer un moment à Saint-Jouin en compagnie de Mme Rosémilly
et du capitaine de Beausire. Se retrouvant seul avec Mme Rosémilly, Jean en profte pour lui déclarer sa flamme et évoque même
un projet de mariage. Tandis que Pierre, par ses propos blessants, ne cesse de faire souffrir sa mère. 
Chapitre VII
La famille Roland et Mme Rosémilly se retrouvent chez Jean, fer de son nouvel appartement. M. Roland et Mme Rosémilly ne
tarissent pas d’éloges. Pierre est le seul à ne pas partager les goûts de Jean et de sa mère. Mme Rosémilly se fait raccompagner par
M. Roland alors que son épouse en profte pour ranger le logement.
Entre les deux frères une querelle violente éclate. L’un reproche la jalousie de l’autre et l’autre dénonce le fait de jouir d’une
fortune qui déshonore leur mère. Pierre quitte l’appartement furieux, Jean reste auprès de sa mère victime d’un malaise lors de la dispute. C’est alors qu’elle avoue à Jean la véritable identité de son père et lui raconte l’histoire d’amour qui la lia, il fut un temps,
à Maréchal. Elle lui confesse qu’il est le fruit de cet amour secret. Jean redouble d’affection pour sa mère qu’il raccompagne très
tard dans la nuit. 
Chapitre VIII
De retour chez lui, Jean ressent quelques scrupules à conserver cet argent. Il fnit par s’y résigner concluant que cet argent provient
de son véritable père. Il veut éloigner Pierre du cercle familial.
Le lendemain, Jean se rend chez ses parents. Il évoque la possibilité pour Pierre de prendre place à bord de la Lorraine, un
transatlantique qui s’apprête à partir, en tant que médecin. Pierre comprend aussitôt l’intérêt et la volonté de son frère à appuyer
sa candidature.
Jean demande offciellement la main de Mme Rosémilly qui accepte aussitôt, ravie de devenir la belle-flle de Mme Roland. 
Chapitre IX
Pierre est fnalement pris à bord de la Lorraine. Prêt à partir, la vie inconnue qui s’offre à lui le rend triste et morose. Il rend une
ultime visite à Marowsko. Il se rend ensuite à la brasserie où la serveuse le reconnaît à peine et ne semble aucunement affectée par
son départ. Arrivé chez lui, il refuse l’aide de Mme Roland pour son installation.
Les jours passent et le départ approche. Pierre se détourne de sa famille jusqu’à la veille du grand jour où sa mauvaise humeur
semble disparue.
Ses parents, son frère et Mme Rosémilly viennent lui dire adieu. Ils ne s’éternisent pas, M. Roland tenant à voir la Lorraine partir
depuis la mer.
Plus tard, Mme Roland apprend à son époux le mariage prochain de Jean et de Mme Rosémilly qu’il accepte volontiers.

Extrait
"Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage, puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant. Se souvient-on d'un nuage 

Appréciation personnelle: 

Sous la plume de Maupassant , l'histoire la plus banale devient un chef d'oeuvre . Un hèritage ,un adultère et de la jalousie ,les ingrédients sont là et on ne peut pas dire que ce soit très originale . Des personnages écorchés,fouillés et trés recheché font de ce court récit un livre riche et captivant . Les deux frère ,pierre et Jean ,sont unis par des liens distendus ,une relation alimentèe par la jalousie s'est éveillé entre eux au fil des années . Bien sûr ,Maupassant ,c'est pour la plupart d'entre nous une vieille connaissance et cependant chaque rencontre est un plaisir toujours aussi vif ,comme un ami qui fait partie de nous et nous accompagne fidèlement . Il se laisse oublier pour pouvoir revenir avec plus de
force


إذا أعجبك الموضوع شاركه مع الأصدقاء
مشاهدة